Beau résultat pour un bélier « mis à la lutte » – c’est le terme adéquat – cette année, dans un troupeau de 50 brebis sur les prairies qui constituent actuellement le plateau de la Mayenne .
Cette lutte qui se fait entre juillet et décembre donne suite à la gestation des brebis qui dure 5 mois. Chaque brebis met bas 1, 2 voire parfois 3 agneaux.

plateau-de-la-mayenne-naissance-agneaux-1

Matthias Jaupitre était un moniteur auto école. En 2013 il fait une formation au CFPPA – Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricoles – de Segré et passe le BPREEA – Brevet Professionnel Responsable d’Exploitation Agricole – afin de devenir responsable d’exploitation agricole. Son objectif est de réaliser sa passion, devenir éleveur. Mis en contact avec la société Edelweiss dirigée par Christophe Janeau, il est aujourd’hui le berger qui s’occupe du troupeau de 50 brebis solognotes du Plateau de la Mayenne. Son activité ne s’arrête pas là, Mathias Jaupitre suit au total un cheptel de plus de 100 moutons et de 3 béliers solognots répartis sur différents site de l’agglomération. L’écopastoralisme demande beaucoup de temps, surtout à la période des naissances, mais c’est un métier en devenir. De nombreuses races de moutons sont en voie de disparition. La volonté de leur préservation est forte et les collaborations avec les collectivités territoriales se développent. Les pâturages du Plateau de la Mayenne apportent une nourriture suffisamment importante, mais en hiver et lors des naissances un complément est nécessaire pour fournir une nourriture équilibrée aux animaux. Cette nourriture est systématiquement issue de la culture biologique labellisée. Ainsi Matthias Jaupitre et la société Edelweiss vont jusqu’au bout d’une démarche éco-responsable.

plateau-de-la-mayenne-naissance-agneaux-2

Si cette activité ne couvre pas encore la totalité de son temps, notre berger est plein d’idées. Après les Baudets du Poitou déjà présents sur le Plateau, il préconise d’autres espèces locales de moutons comme la Bleue du Maine, originaire d’Anjou, une race plus grosse et sans doute moins rustique, ou aussi des bovins comme la Nantaise, une race petite et légère, bien adaptée aux bords de Loire.

La préservation des races domestiques est réalisée avec un suivi rigoureux. Pour la reproduction, les béliers sont sélectionnés parmi d’autres troupeaux afin de préserver le patrimoine génétique et d’éviter la consanguinité. Chaque animal est suivi et répertorié afin de permettre une sauvegarde à long terme de la race. La préservation de la race des moutons solognots est gérée par l’association GEODE – GÉnetique Ovine de DÉveloppement – Elle est un Organisme de Sélection National (O.S. GEODE) agréé par le Ministère de l’Agriculture Français pour assurer les fonctions de sélection, de multiplication et de tenue du livre généalogique d’un certain nombre de races. Elle est aussi une Organisation de Producteurs de Reproducteurs ayant un agrément national officiel du Ministère de l’Agriculture pour la mise en marché des reproducteurs de races.